Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe de Matteis

Déjà de nombreux articles, témoignages et cas d’usage de la RFID dans le secteur de la mode et de l’habillement. La plupart des exemples que nous avons publiés illustrent sans ambigüité les bénéfices retirés, tant en retour sur investissement directs et opérationnels qu’en  termes de valeur pour le client, la marque et l’entreprise.

 L’inventaire et la bonne gestion des stocks et flux physiques : c’est là que nous réalisons nos marges, me disait récemment le président d’un grand groupe français de l’habillement. Aux US, Bloomingdales annonce un taux de précision de ses inventaires de 95%, ce qui est impressionnant, mais en Europe, Gerry Weber va encore plus loin avec un taux de 99% ! (source Gerry Weber).

Ceci grâce à deux facteurs clés : une intégration complète de la RFID le long de sa chaine d’approvisionnement et un inventaire complet en magasin … deux fois par semaine !

 Les gains sont tels que les investissements dans les systèmes RFID sont couverts à moins de 24 mois.

 Récemment, Gerry Weber est devenu le premier distributeur de mode à réaliser une intégration complète de la RFID le long de sa chaine d’approvisionnement, jusqu’au point de vente.

 Cette mise en œuvre permet de réaliser de substantielles économies sur plusieurs fronts, indique le M. Von Grone, CIO de Gerry Weber, avec une particularité: « c'est l'étiquette d’entretien de l’article qui est équipée en RFID, à un coût  supérieur de 0,08 euros par rapport à l’étiquette d'entretien traditionnelle «.  Pour ce faible surcoût, nous observons un taux zéro de pertes dans les transports, moins de 1% de situation de rupture de stock et nous réduisons la démarque inconnue tout en diminuant nos coûts d’antivolage et de sécurité.

Elément spécifique au projet : le composant RFID de l’étiquette d’entretien est par ailleurs étudié pour se dégrader après lavage. Cette qualité rend illisible le tag RFID et, se faisant, éteint toute question liée aux libertés individuelles qui pourraient être soulevée.

LA RFID aide les distributeurs a accroitre la précision et a réduire les coût dans 4 domaines :

Précision pour une diminution drastique des pertes et démarques alliée a une grande transparence et visibilité des flux physiques.

L’ensemble des articles livrés a d’autres distributeurs (80 % de l’activité de Gerry Weber) sont scannés après leur mise sous colis scellé.

La précision de la réconciliation entre ce qui est livré et le document de livraison est de 100 %. De ce fait, il n’existe plus de divergences ou litige avec le client concernant la livraison.

Gerry-Weber-RFID.jpg

Par ailleurs, les transferts entre magasin sont grandement accéléré. Sur le plan de la chaine d’approvisionnement, la précision diabolique des informations entraine une chute drastique des pertes et erreurs, grâce à une transparence sans faille des inventaires et réconciliations.

1.     Les Articles sont plus vite sur étagère.

Fini les opération longues et fastidieuses à la réception en magasin des colis, identification unitaires, recherches d’erreurs, etc, pouvant prendre de plusieurs heures a plusieurs jours. Avec la RFID le colis est scanné avec un portable, et les articles sont mis sur étagère et aussitôt disponibles en vente. Le traitement des retours est par ailleurs grandement facilité.

2.     Les ventes augmentent.

Une meilleure qualité des informations – ce qui en soi diminue les coûts des recherches d’informations – résulte de la connaissance exacte de l’inventaire en magasin.

En plus du réassort journalier automatisé à partir des ventes, les équipes de Gerry-Weber procèdent à l’inventaire complet du magasin deux fois par semaine, en replaçant les tailles, couleurs manquantes et affinant les commandes à l‘entrepôt en conséquence.

Ce niveau de précision, est impossible sans la RFID.

3.     Les coûts de sécurité diminuent

Après le succès d’un programme pilote, Gerry Weber a prouvé que le remplacement de son système conventionnel d’antivolage électronique (EAS) par la RFID couterait moins cher et améliorerait l’esthétique générale. Les portiques d’antivol dans les passages, les hard Tag attachés aux vètements puis détachés à la caisse disparaissent. Celon Gerry Weber, les hard Tag sont utilisés 8 à 12 fois et un cycle complet coûte 0,35 euros ou 0,48 US$. La pose , la dépose, et le recyclage des hard tags est aussi un process que Gerry Weber sera heureux de faire disparaitre.

De plus, le distributeur cherche à remplacer les horribles portiques antivols par des antennes RFID cachées dans les plafonds ou les murs. La seule élimination de l’EAS traditionnel paye le coût complet de l’intégration de la RFID dans son ERP logistique et caisse.

 P Plus grande centration sur le Client

Les diminutions de coûts sont à la fois les bienvenues et des résultats attendus  de l’intégration et du déploiement de la RFID, mais n’ont jamais été le principal objectif de Gerry Weber. Les buts premiers de la mise en jeu de la RFID pour le CIO de GerryWeber sont la vitesse et la précision, autrement dit l’efficience qui génère toujours une diminution des coûts. Mais, ce qui apporte également de la valeur est la mise du client au centre de l’action des employés. « lorsque vous réduisez le temps de traitement liés aux inventaires et à la gestion, il en résulte une plus grande disponibilité pour répondre aux besoins du client. » rappelle-t-il.  

Les plans futurs

Cette année, l’intention de Gerry Weber est de pousser plus loin l’expérience client en lançant un pilote introduisant une cabine d’essayage intelligente pour aider le client à prendre la décision d’achat tout en lui fournissant des informations sur les articles, des promotions, des idées de choix, etc.

L’étape suivante, indique M. Von Grone, est de tirer des à partir d’une base de donnée crée sur les articles les plus essayés et non achetés par exemple, pour agir sur le design ou sur tout autre facteur …

Christian Von Grone, CIO chez Gerry Weber,  souhaite aussi étendre la RFID plus haut dans la supply chain, y compris dans la livraison des matières brutes aux façonniers, en général basés en Asie. « en suivant les matières à travers la production, nous aimerions trouver de nouvelles avancées en précision , réduction des coûts et, ce qui est le plus important, notre time to market. « .

 

Source : RfidImBlinck, février 2011.

Commenter cet article