Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par La Rédaction

On serait tenté de le penser sur à l'enquête menée par nos soins sur plusieurs hypers équipés de portiques radiofréquence à boucles cuivrées apparentes (portiques d'ailleurs plus importants que ceux précédemment installés et surtout plus espacés).

portique-antivol.jpgAyant découvert à la suite d'une conversation avec une caissière d'hyper que depuis qu'elle travaillait à proximité de ces dispositifs elle souffrait d'hypertension comme la totalité de ces collègues (quels que soient leur âge, leur origine ethnique, leur condition physique, etc..), nous sommes allés enquêter auprès d'une dizaine d'autres grandes surfaces équipées de matériel similaire et dont l'orbe électromagnétique continuait d'environ un mètre au-delà des caisses (la caisse étant située dans l'orbe du rayonnement).

Quelle ne fut pas notre surprise de découvrir que toutes les personnes interrogées, sans exception, souffraient, elles aussi, d'hypertension dite essentielle, ce quel que soit leur âge.
Sur les autres magasins dotés de portiques que nous avons également interrogés, la distance des caisses et la puissance des antennes RF étant apparemment plusieurs faible, les cas mentionnés se sy avérés pus rares (2 cas sur 12 magasins visités).

Nous ne prétendons nullement tirer des conclusions hâtives d'un échantillon aussi sommaire, mais il y a lieu de s'interroger sur l'innocuité de matériels émettant (à la différences de portques RFID) un champ électromagéntique permanent pour détecter toute sortie "intempestive" d'une marchandise équipée d'une étiquette radiofréquence chipless.

Le phénomène est-il dû à une puissance d'émission mal réglée à une exposition trop prolongée, nous n'en savons rien.

Néanmoins, il nous a semblé indispensable de soulever ce lièvre et de laisser le soin à des organismes dotés de ressources supérieures aux nôtres et dont c'est la fonction (nous savons qu'il y en a parmi nos lecteurs) de prendre le relais.

A suivre de très près, donc...

Commenter cet article