Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Michel Rousseau

Ballantine est bien connu des amateurs de whisky,mais le groupe opère également dans les fruits frais  et la bière. Au total, ce sont quelque 10 000 de cageots de fruits de toutes  sortes qui transitent annuellement par ses entrepôts. Or, des variations de températures peuvent grandement affecter ces produits. C'est pourquoi Ballantine a décidé très tôt d'adopter la RFID, ce afin d'améliorer ses relations avec ses clients clé en initiant des pilotes RFID et en révolutionnant la façon dont a société traite les mouvements et le statut de ces produits tout au long de sa supply chain.

Peu après avoir pris la décision d'opter pour la technologie RFID, la société a choisi de recourir à une solution de bout en bout pour éviter de devoir faire face aux inévitables complexités qu'engendre une multitude de partenaires.

Dans ce cadre, son choix s'est finalement porté sur la plate-forme d'intégration RFID proposée par Manhattan's Associates, laquelle s'intégrait d'autant mieux dans le WMS du groupe que celui-ci portait le même sigle.

Pour le moment, seuls certains articles destinés à des localisations spécifiques sont  traités par la RFID. Si le système détecter une commande RFID, il passe celle-ci pour traitemet au WMS. Une fois sélectionnés, toutes les commandes RFID sont rassemblées dans une zone de préparation où chaque carton reçoit une étiquette RFID également lisible à l'oeil nu . Avant que l'étiquette ne soit appliquée sur le carton, son tag RFID est encodé avec un numéro de localisation et une référence associée à un centre de traitement spécifique, le tout est ensuite sérialisé pour garantir son unicité.

Chaque carton est alors scanné lors du chargement sur la palette pour expédition. Lorsque le WMS indique "end of pallet", un tag RFID de regroupement destinié à la palette est émis et placé sur cette dernière. Ce tag collige tous les containers chargés sur la palette.
Le WMS sert également à gérer des inventaires spécifiques, dont notamment celui des cartons réutilisables et des containers plastiques. La société reçoit des palettes de cartons à plat et appose sur celles-ci un code barres. Ces étiquettes enegistrent les emballages spécifiques présents sur chaque palette afin que Ballantine puisse tracer ces biens dans les centres de distribution.

A l'orée de chaque journée, le planning de production de Ballantine est examiné et  les palettes requises pour tel ou tel process sont alors mouvementées vers le lieu de traitement. Une fois assemblés, les emballages sont transportés par convoyeur vers des silos où les produits finis sont empaquetés.

L'intérêt de la RFID dans ce cadre est d'avoir permis une traçabilité en temps réel des emballages, ce qui permet au groupe de savoir à quel instant les centres de production entrent en branle, à quel moment la production est envoyée en entrepôt, à quel moment elle en sort et pour où. Ceci a notamment permis de réduire drastiquement les erreurs de distribution d'emballages inadaptés à tel ou tel fruit, cet surtout d'adapter les process métier pour permettre d'améliorer le degré de fraicheur des fruits expédiés à la clientèle.
Par ailleurs, la gestion de l'inventaire non productif grâce à la RFID a également permis de mieux tirer parti des emballages réutilisables et a réduit considérablement le taux de pertes et de suivre par le menu le cycle de vie de ces produits.

Par ailleurs, les consommables d'emballage sont désormais gérés en flux tendus.
Dans un proche avenir, grâce à la baisse du prix des tags, Ballantine va déployer plus avnt la RFID dans les moindres recoins de la supply chain afin d'optimiser plus avant son parc d'emballages recyclés et ses consommables. Est également en cours d'évaluation un système WMS pour les fruits en vrac provenant des champs de culture, ce afin de les suivre jusqu'au stade de produits finis dans le centre de distribution. Là encore, c'est surtout l'amélioration des process et l'affinement de la gestion de la production qui sont visés.

Commenter cet article