Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Michel Rousseau

Intel a annoncé il y a peu une puce lecteur RFID Gen2 qui est aujourd'hui entrée en production. La R1000 constitue une étape importante sur le plan technologique en matière de RFID, ou plus exactement une étape importante sur le plan marketing, puisqu'elle est supposée casser la barrière des prix et les formats en matière de lecteurs RFID. Révolution technologique, parce qu'en premier lieu cette puce réunit en un seul et même composant des éléments autrefois fournis par différents fournisseurs, ce qui influe bien évidemment sur son prix et aussi sur son encombrement. Selon Intel, quelque 90 % de ces composants discrets ont pu être intégrés sur la puce. s'il faut en croire Kerry Krause, responsable marketing d'Intel : « Actuellement, le prix moyen d'un lecteur standard se situe aux alentours de 1000 $ (ceci en fonction des quantités achetées), grâce à la puce R1000 ce prix devrait baisser aux alentours de 500 $, voire même en dessous d'ici la fin de l'année ».

L'autre point important, c'est le nombre d'applications qui vont désormais pouvoir bénéficier d'une lecture RFID dans de bonnes conditions et cela dans des endroits que l'encombrement des précédents lecteurs rendait impossible pour une utilisation RFID.

On pourrait toutefois argumenter sur le prix réel d'une solution utilisant ce composant, puisqu'il faut encore ajouter notamment l'antenne, ce qui grève notoirement le prix de la solution.

Il n'empêche que c'est indéniablement une très belle réussite sur le plan marketing. Nous n'en voulons pour preuve que le nombre important de sociétés qui vont prochainement commercialiser des lecteurs RFID utilisant la R1000. Parmi celles-ci,on peut notamment citer Alien, AWID, ThingMagic, CAEN, Deister, AMS, Chung Nam Electronics, Kenetics, MTI, Samsung-Techwin, Unitech.

Les éditeurs de logiciels ne sont pas en reste, puisque Microsoft, SAP, Oracle, IBM, BEA Systems, Reva Systems, et noFilis sont en train de développer des API pour permettre à leurs programmes de communiquer avec la R1000.

Commenter cet article