Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Rousseau

Une récente étude menée par Technion, société de recherche israëlienne, met en évidence l’impact des émissions micro-onde sur l’acuité visuelle

Un récent rapport effectué par une équipe de chercheurs israëliens démontre un possible lien entre la radiation micro-onde émise par les téléphones portables ou les portiques RFID et certaines atteintes du système visuel. En tous les cas, un type particulier de pathologie semble s’aggraver au fil du temps et ne plus pouvoir être traité correctement, ce qui contredit la doctrine scientifique actuelle qui affirmait jusqu’à présent que la durée de l’exposition était moins importante que l’intensité de la radiation. Les chercheurs soulignent donc l’urgence d’une modification des procédures d’exposition à un champ micro-ondes, procédures mises en place par l’ICNIRP (International Commission on Non-Ionizing Radiation Protection) en 1998.

Le débat sur les effets cellulaires des micro-ondes n’est pas récent. Il remonte à la seconde guerre mondiale où l’on remarqua que les opérateurs radar souffraient bien plus souvent de cataracte que les autres populations. D’autres radiations électromagnétiques ont également été susceptées d’avoir une influence sur la santé oculaire. D’autant plus que l’oeil est un détecteur natuel de radiations. Généralement, pour mesurer l’impact possible on utilise le taux d’absorption spécifique propre à l’organe exposé, lequel est exprimé en densité moyenne d’énergie absorbée pour un volume donné ce en fonction de la densité moyenne (Watt/Kg). C’est d’ailleurs le standard utilisé pour le moment en matière de téléphones cellulaires.

Or, il y a déjà quelque temps, des études menées sur les animaux avaient prouvé qu’une élévation même modérée de la température (3 degrés Celsius) induite par un champ de micro-ondes pouvait accroître le risque de cataracte.

Une autre unité de mesure, la SA (Specific Energy Absorption), définit la densité d’énergie absorbée par le tissu organique, divisée par la densité du tissu lui-même. Cette mesure définit en fait la valeur de la totalité de l’énergie absorbée et permet notamment de tenir compte d’un cumul des expositions. L’université de médecine de Rappaport a ainsi exposé un des deux yeux de bovins à des radiations micro-ondes 1,1 GHz de 2 mW pendant des sessions de 50 minutes entrecoupées de pauses de 10 minutes, ce pendant deux semaines.

Les résultats de cette expérience sont les suivants :

- La cornée exposée pendant un temps prolongé à cette radiation présente des dommages macroscopiques affectant la qualité de la vision. Le dommage s’accroit avec l’accumulation des expositions et atteint un point culminant au bout de quelques jours (192 cycles d’exposition). Dès cessation de l’exposition, les dommages tendent à régresser.

- Sur le plan microscopique, d’autres types de dommages sont constatés. De petites bulles se créent à la surface de la cornée. Elles sont directement liées au faisceau micro-ondes et ne sont pas la conséquence de la chaleur générée dans la cornée. Or, à l’inverse de ceux causés par l’augmentation de chaleur, ces dommages sont irréversibles.

Et le rapport de conclure que l’exposition à des radiations micro-ondes comparables à celles émises par les téléphones mobiles ou d’autres systèmes dont la RFID peuvent être la cause d’altérations sensibles de la vision.

Commenter cet article