Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Michel Rousseau

La technologie RFID semble devoir avoir surmonté la plupart des obstacles la séparant du grand public Outre-Atlantique (i.e. la profonde suspicion dont l'entoure le grand public). C'est ainsi qu'un récent rapport canadien révèle qu'une majorité de consommateurs s'avèrent prêts à accepter cette technologie dans leur vie de tous les jours, notamment lorsqu'il s'agit de faire son shopping dans les épiceries.

L'enquête menée par TNS Canadian Facts a démontré que les 3/4 des clients de ces magasins voulaient bien tester cette technologie "au pied du caddy", 56 % d'entre eux d'ailleurs préférant un caddy RFIDisé pour calculer automatiquement le montant de leurs achats. Ce qui est intéressant (et ce qui, quelque part, donne raison à Matthieu Leclerc avec son expérimentation de la ferme du Sart), c'est que ces mêmes 3 individus sur 4 se disent prêts à continuer à faire leurs courses avec ce système même si les caissières sont remplacées alors par des bornes RFID pour payer les achats.

L'enquête n'est pas mince, puisqu'elle a porté sur pas moins de 1000 épiceries.

Mais ce qui est tout aussi intéressant dans ce rapport, c'est que sur les clients interrogés 60 % n'éprouvent aucune crainte à l'égard des problèmes éventuels de divulgation d'informations que pourraient provoquer l'emploi de cette technologie. Ce qui les inquiète plus (75 %) c'est qu'on leur fasse payer le coût des implantations, ou le fait que cette technologie puisse mal fonctionner (70 %). Quant à la préoccupation d'une éventuelle augmentation de la facture, les deux tiers là encore préfèreraient payer un peu plus pour passer un peu moins de temps dans les rayons !

46 % des répondants aimeraient bien par ailleurs avoir un lecteur RFID à domicile pour faire leur propre inventaire et suivre le SAV des produits achetés. 54 % se déclarent pour des applications domotiques de la RFID, 36 % y voient un bon moyen de plus avoir à faire de listes de courses !!!

Bref, en France on a encore du chemin à faire avant d'en arriver là

Commenter cet article