Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Michel Rousseau

L'approche par Toshiba du marché européen des PC portables a donné lieu à un projet représentant certainement l'une des plus vastes solutions RFID de gestion de la chaîne d'approvisionnement en Europe.

 

Quel que soit le volume de production, on rencontre finalement toujours le même type d'impératifs : rendre efficace la gestion du processus d'assemblage, optimiser en permanence les niveaux de stock, répondre aux demandes client tout en gardant le contrôlé sur les aspects financiers.

Or, une brève analyse du fonctionnement de la chaîne d'approvisionnement de l'usine Toshiba de Regensburg a permis de déterminer qu'une disponibilité et une fiabilité optimales étaient indispensables pour avoir un SKU et une logistique au mieux de leur forme. Bref, pour garder la main, il était indispensable de travailler sur un nombre limité de références tout en générant un flot de commandes en augmentation constante (avec un profit raisonnable).

 

C'est dans ce contexte, qu'après une évaluation approfondie, l'équipe projet RFID a sélectionné trois fournisseurs susceptibles d'apporter un indéniable know-how. Est ainsi né un partenariat entre Toshiba Tec (fournisseur d'imprimantes de traçabilité RFID - et puis, on n'est jamais mieux servi que par soi-même !), UPM Raflatac (fournisseur d'étiquettes RFID) et TYCO/ADT (fournisseur de matériels et prestataire de services RFID, notamment en matière de tests de performances, d'études de sites et de déploiement). Ces trois "mousquetaires" ont ainsi créé une solution RFID intégrée qui a permis de supprimer les goulets d'étranglement existants.

Ont ainsi été intégrées des imprimantes Toshiba Tec B-SX4 qui offraient notamment la possibilité (unique, aux dires du fabricant) de pouvoir relever la tête d'impression au passage de la puce, ce qui permet de protéger cet élément fragile, ainsi que la tête d'impression elle-même. UPM Raflatac a, de son côté, fourni les puces Rafset G2 short dipole. C'est par ailleurs à Nrbert Jungbauer, senior spécialiste et ingénieur CIM de Toshiba Regensburg qu'a été confiée la tâche de développer l'interface entre le système d'information Linux de l'usine et les lecteurs RFID.

Enfin, ADT a fourni les lecteurs Sensorld Agile 2, lesquels fonctionnent comme un point entre la puce ou l'étiquette RFID et le système central de données, offrant ainsi l'interfaçage radio-fréquence vers les tags. Ce dispositif Internet, facile à mettre en réseau, se comporte comme un serveur Web et propose une interface facilement accessible pour n'importe quel navigateur Internet.

La conception multibande de l'antenne RFID d'UPM Raflatac permet aussi aux utilisateurs d'atteindre et de maintenir des niveaux de performances élevés quelle que soit les fréquences nationales concernées, puisqu'elle permet un fonctionnement radio-fréquence indépendant des réglementations locales sur les fréquences utilisables.

Et le ROI dans tout cela ?

Comme le souligne Gerd Holzhauser, responsable EMEA de Toshiba Regensburg, l'étape suivante de ce projet RFID a consisté à augmenter de 57 % la capacité de traitement par tête des PC portables configurés grâce à la RFID. La capacité de traitement était en moyenne de 9500 PC portables configurés et prêts à être expédiés vers les distributeurs. C'est ainsi qu'au second semestre 2006, l'usine a augmenté sa capacité de production à 15000 unités par jour.

Et Gerd Holzhauser d'expliquer cette nette amélioration : " Nous avons gagné 90 % du temps que nous passions auparavant et nous pouvons désormais exploiter les emplacements de stockage de façon bien plus efficace. Mais surtout, nous avons éliminé complètement les doubles traitements et les retards de disponibilité des produits".

Ce programme est reconnue comme l'un des plus importants d'Europe et utilise à ce jour quelque 2 millions de tags RFID.

Commenter cet article