Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Michel Rousseau

 
OrganicID, une entreprise issue de l'université du Texas et rachetée en 2006 par l'exploitant forestier Weyerhaeuser, estime que le coût de fabrication unitaire d'une étiquette RFID organique pourrait être divisé par 10, passant de 0,45 $ aujourd'hui à une valeur comprise entre 0,05 et 0,01 $. Si ce niveau de coût se confirme, le recours à cette encre va amplifier l'utilisation des marqueurs RFID.
Cette révolution technologique est rendue possible grâce à l'électronique organique : il s'agit d'exploiter les propriétés conductrices de certains polymères mises en évidence par les scientifiques à la fin des années 1970. A la gravure des transistors sur des pastilles en silicium se substitue le dépôt de plusieurs couches conductrices organiques sur un matériau isolant afin de réaliser les transistors. Une telle opération est réalisable par des méthodes traditionnelles d'impression (offset, jet d'encre...).
Les projets se multiplient dans le monde. En Allemagne, l'entreprise PolyIC, créée par Siemens et le spécialiste de l'impression Kurz, imprime des circuits électroniques organiques sur des rouleaux de plus d'un kilomètre de long (cf. nos précédents articles). Les premiers produits sont annoncés pour le courant de l'année. Orfid, issue de l'université de Californie, suit la même voie. L'entreprise souligne que les prévisions actuelles tablent sur le passage du marché mondial de la RFID de 2 milliards de dollars en 2005 à 27 milliards en 2015, soit, à cette date, la vente d'un milliard de milliards d'étiquettes radio.

Commenter cet article