Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Michel Rousseau

Un consortium paneuropéen regroupant des sociétés, des universités et des groupements d’utilisateurs a été créé pour développer une architecture ouverte destinée au développement, au déploiement et à l’utilisation d’applications basées sur la technologie NFC dans les terminaux mobiles. Cofinancé par la Commission européenne (UE) dans le contexte du programme Information Society Technologies (IST), le projet baptisé « Store Logistics and Payment with NFC » (StoLPaN) vise à définir des cadres commerciaux et techniques ouverts pour les services basés sur la technologie NFC dans les terminaux mobiles. Ces cadres vont faciliter le déploiement des applications mobiles NFC sur tout un éventail de marchés verticaux, indépendamment du type de téléphone et de la nature des services demandés.
 
Ce consortium regroupe Motorola, NXP Semiconductors, Auto-ID-Lab St. Gallen, Banca Popolare di Vicenza, Bull, Baker&McKenzie, Consorzio Triveneto S.P.A., Consult Hyperion, Deloitte, Fornax, Libri, Safepay Systems, Sun, T-Systems, ainsi que l’université de Budapest (départements Technologie et Sciences économiques) et le département Informatique John von Neumann de l’IUT de Budapest.
 
De nombreux secteurs industriels utilisent aujourd’hui des technologies sans contact dans un nombre croissant d’applications (paiement, billetterie dans les transports, etc.). Cette situation laisse à penser que le téléphone mobile pourrait bientôt venir en complément des différentes cartes de paiement et de crédit existantes. Les récentes annonces, telles que le lancement à Londres, dans le courant de l’année, de cartes de paiement et de terminaux sans contact ainsi que les initiatives de l’ Association GSM pour la normalisation de la technologie NFC montrent sans ambiguïté que de nombreux secteurs plébiscitent les services sans contact. Les essais réalisés dans le monde sur les applications NFC ont prouvé que les consommateurs appréciaient la simplicité d’utilisation du téléphone mobile pour accéder à l’offre de loisirs, d’information et de services et pour régler leurs achats en situation de mobilité.
 
Afin de résoudre avec précision les problèmes d’interopérabilité qui pénalisent actuellement cette technologie, différents scénarios d’utilisation doivent être définis dans le cadre du projet StoLPaN et testés au niveau européen. Ces scénarios permettront d’identifier un référentiel de règles commerciales qui définiront les rôles et les responsabilités de chaque acteur au sein de l’écosystème NFC. Les résultats seront alors soumis à la validation des organismes professionnels concernés qui procéderont à la normalisation des applications de paiement, de mobilité, de transport et de billetterie.
 
À partir de ces conclusions, le consortium examinera les caractéristiques des différentes contraintes techniques ainsi que les aspects sécurité des applications NFC. Il envisagera également le lien avec les plates-formes sans contact existantes, ce qui allégera la tâche des différents fournisseurs. Dans le même temps, l’équipe chargée du projet s’attachera à la mise en œuvre des règles commerciales et des contraintes techniques au niveau des infrastructures sans contact existantes. Une application NFC hôte sera développée afin de prendre en charge tout un éventail de services, notamment le paiement, le contrôle d’accès, la billetterie, la fidélisation, la connectivité et la procédure de passage en caisse, qui pourront être utilisés par les consommateurs sur l’ensemble des terminaux NFC.
 
« StoLPaN ouvre la voie à la mise en place d’un cadre prospectif qui permettra l’utilisation d’applications NFC mobiles sécurisées et conviviales dans les domaines du paiement, de la mobilité, des transports et de la billetterie, » a indiqué Gérald Santucci, Chef de l’unité Entreprises en réseaux et identification par radiofréquence à la Direction générale Société de l’information et médias de  la Commission européenne.« Cela devrait permettre à ces différents domaines – et à l’utilisateur final – de tirer pleinement parti du potentiel de ces technologies. »
 
« Grâce aux terminaux mobiles NFC, il sera bientôt possible de fournir toute une gamme de services, soit par interface sans contact soit par téléchargement sans fil, qui permettront de s’affranchir de l’utilisation de cartes de crédit, de fidélité, d’établissements bancaires ou de transport sous forme physique, » a souligné Alan Wright, Directeur Stratégie et Développement de nouvelles activitéschez Motorola Devices Europe.« Le projet StoLPaN a pour objectif la concrétisation de cette perspective pour un nombre important d’opérateurs, de prestataires de services financiers, de commerçants et d’abonnés aux services mobiles. »
 
« Nous souhaitons mettre en place un écosystème permettant à chaque utilisateur NFC d’accéder à tous les services NFC, » explique Marc de Jong, Executive Vice President et General Manager de NXP Semiconductors. « La réussite du projet StoLPaN rendra possible un mode de vie véritablement nomade pour les consommateurs et créera de la valeur pour toute la chaîne de fabricants de terminaux mobiles, des opérateurs mobiles, des prestataires de services financiers et des détaillants. »
 
L’équipe en charge du projet StoLPaN devrait rendre publique sa première version des règles commerciales et des contraintes techniques à l’été 2007. Elle sera accompagnée par la première version de l’application hôte destinée à en montrer l’utilisation dans les applications de transport et les systèmes de paiement fermés. Le projet StoLPaN parviendra à son terme en 2009.
 
 
À propos de StolPaN
Le projet « Store Logistics and Payment with NFC » (StoLPaN), cofinancé par l’Union européenne (UE) dans le contexte du programme IST (Information Society Technology), vise à définir des cadres commerciaux et techniques ouverts pour les services basés sur la technologie NFC dans les terminaux mobiles, ce qui facilitera le déploiement d’applications mobiles NFC sur tout un éventail de marchés verticaux, indépendamment du type de téléphone et de la nature des services souhaités. Le consortium mis en place regroupe Auto-ID-Lab St. Gallen, Banca Popolare di Vicenza, Bull, Baker&McKenzie, Consorzio Triveneto S.P.A., Consult Hyperion, Deloitte, Fornax, Libri, Motorola, NXP Semiconductors, Safepay Systems, Sun, T-Systems ainsi que l’université de Budapest (départements Technologie et Sciences économiques) et le département Informatique John von Neumann de l’IUT de Budapest.
 
Des informations supplémentaires sont disponibles sur le site du projet à l’adresse www.stolpan.com. Vous pouvez également envoyer vos questions à info@stolpan.com.

Commenter cet article

bouakline nour 06/02/2007 13:30

Pourrais je avoir plus de détails sur ce consortium?
Merci