Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Michel Rousseau

Des applications, des innovations, des projets…
 
La formidable innovation que représente la RFID suscite des convoitises. Les idées et applications nouvelles, souvent inspirées de choses connues, mais qui offrent des services nouveaux, foisonnent. Ces nouveaux services touchent aussi bien les marchés professionnels que le grand public. Un tour de piste des initiatives en cours… Professionnelles et grand public.
 
• Les 10.000 arbres de Paris sont équipés de puces RFID. La puce est placée dans l'arbre et contient un numéro d'identification. En trois minutes, on peut identifier les arbres de moins de trois ans, ceux qu’il faut arroser, ceux qui ont été abattus, ceux qui ont été plantés, les arbres en mauvais état. D'autres villes, comme Strasbourg, ont démarré leur programme. Rappelons que la chute d'un platane avait fait treize morts en juillet 2001.
 
• Le Viagra est le médicament le plus contrefait au monde. Les laboratoires Pfizer ont investi dans la RFID pour « tracer » chaque flacon, de leur sortie d’usine au pharmacien. Le laboratoire perd chaque année plusieurs dizaines de millions de dollars à cause de la contrefaçon. Une étiquette a donc été intégrée sur chaque flacon de Viagra. On peut savoir si un médicament est authentique. Une puce RFID est placée dans les emballages, pour savoir si un flacon a été interchangé.
 
• Le comité d’organisation du Mondial avait intégré une puce RFID dans chaque billet lors de la coupe du monde 2006 pour lutter contre le marché noir.
 
• Autre utilisation de la RFID pour le football, dans les maillots de l'équipe de la Juventus fabriqués par Nike. Un système qui vise à lutter contre la contrefaçon. L'étiquette est cousue au col du maillot et porte une mention : « Nous vous signalons que ce vêtement est pourvu d'une étiquette RFID, afin de s’assurer qu’il s’agit bien d’un article Nike authentique ».
 
• Au Portugal, la loi prévoit qu’en 2007, les chiens devront porter une puce RFID (sous la peau) permettant de les identifier.
 
• Au-delà de la grande distribution et de l’industrie, l’univers de la logistique se convertit à la RFID. En France, Airbus procède à l’étiquetage de ses pièces d’avion avec des puces RFID. Royal Mail, la poste britannique, a débloqué près de 3 millions d’euros pour avoir une vue en temps réel du processus de distribution postale.
 
• Une chaîne de grands magasins propose au consommateur de suivre sur son site internet l’itinéraire du bœuf qu’il a sur sa table...
 
• Citons également le cas d’une vingtaine de familles danoises qui ont reçu un panier ménager dont les aliments sont tous dotés de puces RFID. Le projet (l’alimentation utile du futur), est initié par le ministère des sciences et technologies. Les producteurs peuvent avoir la traçabilité de leurs produits et les consommateurs sont prévenus des dates de péremption des produits frais et des risques d’allergies…
 
• Une école Japonaise a équipé des enfants de puces RFID glissés dans les cartables ou les vêtements, pour suivre les élèves dans l’établissement.
 
• La Sernam (SNCF) a procédé à un test sur livraisons de nuit : des portiques sont installés sur les quais et enregistrent l’heure de passage des colis à la seconde près.
 
• Lors d’une course moto, une puce insérée dans le casque des motocyclistes sert à enregistrer les participants et à lire leur temps de performance.
 
• Une puce logée dans le moteur d’une voiture permet de faire, à distance, une lecture d’entretien à l’aide de l’ordinateur du mécanicien.
 
• Au « Store of Future » de Samsung, chaque client se voit remettre une puce RFID sur laquelle on inscrit son nom, sa langue, son goût pour le hockey ou le cinéma. Des récepteurs disséminés dans le magasin captent ces informations et font en sorte que l’écran plasma devant lequel le client s’attarde l’accueille dans sa langue et lui présente un match de hockey ou un extrait de film. Quand le client rend sa puce à la sortie, le détaillant peut y lire le trajet qu’il a suivi et les produits pour lesquels il a marqué une préférence.
 
Les exemples ne manquent pas et globalement, la plupart des projets en cours sont considérés comme satisfaisants par ceux qui les ont initiés. Reste, que pour la plupart de ces projets, le problème de leur rentabilité se pose.
 
 

Commenter cet article