Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Michel Rousseau

Le marché des imprimantes/encodeuses RFID est en train de prendre de la vitesse, ceci grâce à l’accroissement du nombre de pilotes en boucle ouverte et des déploiements nécessitant des capacités d’encodage. La validation automatique des tags encodés s’avère également une fonction vitale qui accélère d'autant l’utilisation de tels appareils et créer des opportunités sur ce marché qui commence enfin à dépasser les frontières des US. La demande est en effet en forte augmentation sur la région Asie-Pacifique, notamment auprès des entreprises travaillant pour les sociétés Nord américaines. Une nouvelle étude de marché de Frost & Sullivan (World Printing Solutions Market) révèle que le chiffre d’affaires de ce marché a atteint les 10,7 millions de dollars en 2005 et qu’il devrait atteindre 209,3 millions en 2012.
La croissance de l’utilisation des étiquettes intelligentes est pour beaucoup dans ces chiffres.
Les marchés verticaux qui ont été lents à se mettre à la RFID semble des opportunités clé pour les étiquettes intelligentes, puisque la stratégie de migration vise à être ici la moins disruptive possible.
Comme le souligne Priyanka Gouthaman, l’analyste de Frost & Sullivan : « Qui plus est, le développement de mises à jour logicielles et de solutions d’impression sans fil ont également amélioré les fonctionnalités et l’adaptabilité des imprimantes RFID, ce qui a eu un effet positif sur leurs ventes. Par ailleurs, la standardisation que l’on observe tant au niveau du développement que de la conception de ces produits devrait elle aussi avoir un impact favorable eu égard aux législations réglementant l’usage de ces appareils ».
Il n'empêche que le manque de compétences techniques en entreprise concernant la RFID continue à peser lourdement dans la balance tant au niveau des premiers tests que des pilotes.
Les erreurs d’impression, notamment, pourraient bien souvent être évitées en apprenant les réglages nécessaires à un encodage optimal, idem de la position de lecture des inlays, sans même parler d'autres considérations environnementales.
Si les eraly adopters ont réalisé des investissements importants sur le plan des équipes dédiées à la RFID, le manque de compétences est flagrant dans les PME PMI, ce qui risque d’inhiber quelque peu la vision d’une RFID ambiante et universelle chère aux partisans de l’Internet des objets. « La plupart des segments utilisateur final ne comprennent pas que la RFID est une technologie enablante au sein de l’AIDC et qu’elle peut être employée par de nombreuses applications du système d’information, ce via différentes technologies, des spectres de fréquence divers, idem des formats de données et des protocoles ».
De ce fait, il est vital que l’on prenne le plus tôt possible en main la formation de ces entreprises pour permettre l’adoption de la RFID par le plus grand nombre.

Commenter cet article