Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Michel Rousseau

 
TAGSYS DEPLOIE UN SYSTEME RFID INNOVANT QUI ASSURE 100% DE TRACABILITE DES VÊTEMENTS GERES PAR LA BLANCHISSERIE INTER-HOSPITALIERE DE CANNES, GRASSE ET ANTIBES
 
 TAGSYS vient de déployer avec succès une infrastructure complète RFID à la Blanchisserie Inter-Hospitalière (BIH) de Cannes, Grasse et Antibes[1]. Ce système assure la traçabilité de bout en bout des vêtements gérés par la blanchisserie et l’automatisation de ses processus pour un respect et un contrôle des protocoles. C’est un parc de 36 000 vêtements de travail répartis sur trois sites qui seront pucés et qui seront automatiquement suivis, grâce à l’infrastructure RFID de TAGSYS.
 
La BIH est chargée du traitement et de l’administration des vêtements professionnels des hôpitaux de Cannes, Grasse et Antibes. La gestion des flux logistiques est ainsi au cœur de ses préoccupations afin de garantir sa mission première : l’application des protocoles d’hygiène, la sécurité des patients et l’amélioration des conditions de travail. C’est ainsi que la BIH a décidé de se rapprocher de TAGSYS, convaincue que ses solutions reposant sur la technologie RFID constituent une réponse décisive pour répondre à cet objectif.
 
 
La traçabilité des uniformes de travail est ainsi désormais garantie. En effet, la BIH peut désormais facilement suivre et inventorier les uniformes qui entrent et sortent de l’établissement.
 
Le système est simple : une petite étiquette RFID rigide, dénommée ARIO 70-TL et spécialement conçue par TAGSYS pour résister à l’exposition répétée à l’eau, la chaleur et aux détergents, est cousue ou patchée sur le vêtement (blouse ou pantalon). Contrairement au code-barres, elle est lue sans être vue, en une fraction de seconde, par les lecteurs RFID de TAGSYS, en tunnels d’entrée ou de sortie d’usine (lecture de plusieurs articles en même temps), et à la volée sur les convoyeurs. Ces lecteurs en tunnels constituent l’une des innovations majeures de l’infrastructure définie et mise en place par TAGSYS pour la BIH.
 
« Depuis le lancement du programme, nous disposons désormais de près de 34 000 vêtements pucés, dont plus de 15 000 sont traités par semaine. A terme, nous prévoyons d’équiper 36 000 pièces » précise Thierry Navarro, Ingénieur Responsable de la BIH. « Depuis que nous avons installé la structure RFID de TAGSYS, notre garantie de traçabilité des vêtements professionnels se trouve incontestablement renforcée. Elle participe à l’une des missions essentielles que nous ont confiée les hôpitaux partenaires : le respect et le contrôle des protocoles d’hygiène et de sécurité » confirme Thierry Navarro.
 
L’étiquette RFID est utilisée comme identifiant unique du vêtement. Les agents de la blanchisserie sont alors en mesure de déterminer, entre autres, les stocks, d’identifier instantanément le vêtement, son propriétaire ou son service médical, de connaître la date à laquelle elle est rentrée en blanchisserie, à laquelle elle a subi le lavage, le nombre de traitements, de savoir quel vêtement n’a pas été déposé ou à qui il doit être attribué.
 
L’utilisation des étiquettes RFID pour le suivi et le tri des vêtements a depuis longtemps démontré son efficacité en blanchisseries : la suppression du tri manuel diminue les coûts de manipulation, supprime les erreurs engendrées par le caractère répétitif de la tâche et permet ainsi de respecter les protocoles.
 
« Quand une tunique arrivait à l’unité de production, on tapait un code à la main sur un pupitre » explique Thierry Navarro. « Nous travaillions alors en campagnes, c'est-à-dire les pantalons d’un côté, les tuniques de l’autre…. Il devenait urgent de s’équiper d’un système pour automatiser les processus et suivre davantage nos flux : nous pouvons aujourd’hui assurer un fonctionnement de type FIFO (First In, First Out/Premier Entré/Premier Sorti) avec des variations de 4 500 à 2 600 articles/jour » conclut-il.
 
Depuis l’installation de la solution RFID de TAGSYS, un premier bilan peut être tiré. Avec son système classique d’étiquettes à codes-barres, la BIH pouvait lire en entrée environ 600 articles par heure. Aujourd’hui, la nouvelle infrastructure RFID et la lecture en tunnels permettent un rendement de 5 000 articles par heure. Par ailleurs, grâce aux antennes sur chaque poste d’engagement (quatre au total), la lecture quasi instantanée à la mise sur cintre est d’environ 300 articles par heure par poste et par agent contre 250 articles par heure par poste et par agent auparavant. Avec la montée en charge du système et le tri automatique, le volume total optimal en sortie est estimé à environ 1 200 articles par heure.
 
Outre le retour sur investissement immédiat, les clients sont en mesure, grâce à la technologie RFID, d’optimiser en toute simplicité leurs services. Pour ce secteur d’activités, elle permet aux hôpitaux de garantir efficacité et sécurité.

Commenter cet article