Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Michel Rousseau

Cisco Systems (NASDAQ:CSCO) a présenté une nouvelle solution conçue pour simplifier l’enregistrement et l’identification des victimes blessées dans une situation de catastrophe. La solution développée en collaboration avec AeroScout (www.aeroscout.com), CITS (www.citsolutions.be), Intermec (www.intermec.be), et Orion Health (http://www.orionhealth.com/) appelée « BeViTTS » (Belgian Victim Tracking and Tracing System), permet un échange rapide et un traitement automatique des données collectées par les travailleurs en intervention d’urgence sur les lieux d’une catastrophe. Les informations critiques sont collectées en temps réel par le biais de la technologie mobile et de réseau sans fil de Cisco, stockées et mises à la disposition des travailleurs en intervention d’urgence via un portail web, supprimant ainsi toute perte de temps précieux.
L’équipe de gestion de crise peut consulter à distance les informations personnelles contenues dans la base de données se trouvant dans le centre de crise et mettre immédiatement en œuvre les mesures qui s’imposent. Les hôpitaux et autres centres d’urgences ont également accès aux informations médicales stockées dans la base de données, leur permettant ainsi de préparer l’arrivée et le traitement ultérieur des victimes.
Technologie au service des secours
BeViTTS a été présenté à l’University Hospital d’Anvers par le Prof. Dr. Luc Beaucourt, directeur du service des urgences de l’hôpital et directeur de l’assistance médicale du plan de mesures d’urgence en cas de catastrophes. « En cas de catastrophe, la collecte efficace et la transmission rapide d’informations claires, précises aux personnes concernées ou aux autorités est littéralement une question de vie ou de mort », déclare le Dr. Beaucourt. « La première heure qui suit un traumatisme, en général connue du secteur sous le nom de « Extrême urgence » (Golden Hour), est essentielle pour définir la voie du processus de traitement ultérieur. Pour cette raison, il est vital que les victimes d’une catastrophe, et en particulier les personnes gravement blessées, reçoivent un traitement approprié rapidement. Donc, une procédure rapide, exacte d’identification et d’enregistrement, de préférence sur les lieux de la catastrophe, est indispensable. Les services d’urgence et les hôpitaux les plus proches disposant de la capacité et des fournitures médicales nécessaires doivent également être alertés et doivent recevoir des informations précises. Il ne s’agit pas d’alerter les familles des victimes et les résidents qui se trouvent à proximité de la catastrophe ».
« Aujourd’hui, la collecte d’informations et la communication entre les services de premier secours sur les lieux n’est pas très performante », déclare John Baekelmans de Cisco, Directeur du développement des entreprises, qui est lui-même sapeur-pompier volontaire auprès du service de lutte contre l’incendie à Kontich. « L’approche manuelle limitée ou non automatisée de la gestion de catastrophe, et la confiance accordée à la correspondance papier par rapport au traitement de données électroniques entraînent des retards dispendieux. D’autre part, le risque d’erreur humaine est nettement plus important, et parfois assorti de conséquences fatales. Grâce à cette démonstration réaliste néanmoins encore succincte d’aujourd’hui, nous espérons prouver que l’on peut agir autrement. Les outils techniques qui étaient nécessaires à l’amélioration de l’efficicacité des secours en cas de sinistre, et sauver ainsi de précieuses vies humaines, sont déja disponibles et ont déjà été mis en œuvre dans d’autres pays ».

Commenter cet article