Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Michel Rousseau

Wal-Mart a annoncé la semaine dernière une seconde vague de fournisseurs (300, pour être précis) qui lui délivreront dès janvier 2007 leurs produits dans des caisses et palettes RFIDisées. Qui plus est, 500 nouveaux magasins du groupe pourront lire ces tags d’ici la fin de l’année.
Reste à essayer d’y voir un peu plus clair au milieu de tous ces effets d’annonce. Comme on le constate, Wal-Mart s’échine régulièrement à clamer haut et fort son attachement à la RFID et à claironner à tous vents les fantastiques bénéfices que le groupe en attend. Mais le point d’incandescence qui fera basculer tous les fournisseurs vers ce type de solution demeure, quant à lui, un tant soit peu dans l’ombre. Pour le moment, la seule chose de sûre c'est qu’un peu plus de 1000 magasins du groupe seront compatibles RFID, soit près de 25 % des commerces de détail des USA. Qui plus est, l’exigence RFID du groupe impose l’EPC Gen2 à l’exclusion de tout autre format. Qui profite véritablement de tout ceci ? En fait, c'est essentiellement le groupe, puisqu’il a compris que les données RFID apportaient des informations fort intéressantes pour ses différents programmes supply chain, dont le programme Remix visant à accélérer les flux de produits à débit rapide, le programme DeLoad visant à réduire le taux de croissance globale de ses inventaires, et bon nombre d’initiatives lancées afin de se donner un petit côté écolo pour satisfaire une clientèle de plus en plus soucieuse de l’environnement.
Quant aux fournisseurs, la situation, bien que confuse quant aux bénéfices de cette approche, est claire et nous permet de pasticher Star Trek : « We are Wal-Mart, you will be assimilated, resistance is futile! »

Commenter cet article