Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par La Rédaction

"En maillant les villes d’étiquettes électroniques actives reliées à un réseau, il est possible de diffuser au passant, sans qu’il agisse, des informations en fonction de sa localisation précise, de celle de ses proches ou d’un événement qui le concerne potentiellement", explique un chercheur de Panasonic au salon Ceatec, sur un stand dédié aux technologies promues par le ministère des Affaires intérieures et des Télécommunications.

Au Japon, où la population vieillit, où les parents attachent une grande importance à la surveillance de leurs enfants et où les séismes et autres catastrophes naturelles sont fréquents, ces techniques sont d’abord perçues comme un bienfait social. "Vous avez le coeur qui bat trop vite, ralentissez le pas", "vous avez encore pris un kilogramme dans la semaine, vous devriez manger plus de légumes verts et boire moins de bière": de plus en plus les machines donnent des conseils personnalisés pour le bien-être de leur utilisateur.

"Si on pose de tout petits capteurs pluri-sensoriels sur le corps d’une personne, il est possible de suivre sa condition physique en permanence, et donc de lui prodiguer des recommandations bénéfiques pour sa santé et in fine pour la société", justifie le patron de Panasonic, Fumio Ohtsubo. Même point de vue au sein de la firme d’électronique Oki qui a conçu un capteur à fixer au bras et qui permet à titre d’exemple d’analyser si le porteur effectue correctement la séquence quotidienne d’exercices physiques diffusés depuis des décennies à la radio nippone.

Le premier opérateur de télécommunications mobiles japonais, NTT Docomo, s’est lui associé à plusieurs fabricants de pèse-personne et divers appareils de contrôle physique pour proposer des services de suivi des poids et autres mesures corporelles de toute la famille. Chacun peut ainsi consulter son propre carnet de santé sur son téléphone portable ou son ordinateur. Par ailleurs, les appareils électroménagers promettent d’être de plus en plus intelligents, davantage que le consommateur qui laisse allumée la lumière de pièces désertes.

Grâce à des détecteurs de présence et de contexte, les éclairages s’éteindront non seulement automatiquement s’il n’y a personne mais seront aussi en communication avec les autres objets électroniques (TV, thermomètre, climatiseur, etc.) pour en connaître l’état instantané et s’y adapter. "De la sorte, l’intensité des spots et l’air ambiant s’ajusteront automatiquement si la personne est assise dans le canapé et que la télévision vient d’être allumée", indique M. Ohtsubo.

Source : 24 Heures

Commenter cet article