Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par La Rédaction

China Mobile, opérateur télécom majeur sur le marché chinois, veut  s'attaquer à l'internet des objets, s'il faut en croire une récente dépêche de l'AFP.

"Ce sera un marché énorme", s'enthousiasme M. WangJianzhou, son directeur général. Pour le patron de China Mobile : "Il n'y a que 6 milliards de personnes sur la planète, mais il y a des centaines de milliards de machines et toutes ces machines peuvent être potentiellement reliées entre elles."

L'aéroport de Pudong à Shanghaï offre d'ailleurs une application particulière de cette conception d'Internet des Objets. Cette idée élargie de la notion de "domotique" peut en effet concrétiser ces solutions jugées futuristes il y a seulement quelques années.

Des capteurs infrarouges, un GPS, un scanner laser, le tout connecté à Internet ou à un téléphone mobile, les possibilités offertes d'ores et déjà sur l'aéroport sont vastes. La centralisation des informations reçues et du contrôle en réponse à ces informations repose ici sur la mise en relation des objets, et non plus des personnes.

 

La RFID est d'ailleurs une réalité quotidienne dorénavant en Chine. Exemple, l'aéroport international de Hong-Kong est devenu le premier aéroport au monde à utiliser pleinement cette technologie.

L'aéroport de Hong-Kong a investi à la base, près de 50 millions de dollars hongkongais dans ce système novateur, dont il espère améliorer l'efficacité grâce à une gestion adéquate. Les marqueurs RFID. peuvent aider à tracer un bagage, et le localiser au sein de la zone aéroportuaire.

Chaque jour, ce sont près de 40 mille articles de voyage , soit environ 90 % des bagages sortants, qui sont marqués électroniquement.

Les experts ont déclaré que si tous les aéroports adoptaient cette technologie, ce sont plus de 700 millions de dollars américains qui pourraient être économisés.

Commenter cet article