Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Michel Rousseau

  Les fournisseurs de services et les fabricants de combinés téléphoniques ont encore besoin de développer un standard en matière de plate-forme logicielle laquelle permettra à la RFID de dépasser les niches sur lesquelles elle se cantonne pour l'heure. C'est en tout les cas l'une des conclusions d'un récent rapport nippon intitulé "RFID Report 2006-2011 : opportunités et défis de la RFID mobile".
L'architecture FeliCa de DoComo (dont nous parlions dernièrement et qui constitue une plate-forme de développement d'applications) possède justement les caractéristiques nécessaires pour réussir une telle approche, puisqu'elle réduit les charges de développement des fabricants de mobiles et améliore les services que peuvent fournir les revendeurs et autres intégrateurs.
Ce rapport démontre par ailleurs que 62 % des combinés livrés en 2011 posséderont un lecteur/encodeur de tag, contre moins de 1 % en 2006. Cette croissance sera tirée par la baisse des coûts due à l'intégration de puces NFC dans les mobiles.
Mais la capacité ne veut pas pour autant dire que les applications sont disponibles. Il est vrai que les mobiles peuvent alimenter des tags RFID actifs et fonctionner comme lecteurs, mais le manque d'applications ralentit la réponse des fabricants, justement du fait du manque de standards dans ce domaine. Même s'il n'y a pas encore de killer application, certaines applications spécifiques devraient remporter de francs succès. L'étude a par ailleurs démontre que la standardisation Gen2 sera également bénéfique pour tout le monde, puisqu'elle devrait galvaniser les ventes d'étiquettes intelligentes et par conséquent booster le nombre d'applications.

Commenter cet article