Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Michel Rousseau

En l’espace d’un an, les principaux freins au déploiement de solutions RFID ont été levés et le contexte est aujourd’hui favorable à l’adoption de cette technologie.
 
Le point avec Xavier Barras, Directeur d’EPC Global France
 
 
Les constats faits il y a tout juste un an à propos de la RFID laissaient les entreprises sceptiques quant à une adoption rapide de cette technologie. Manque de standards, réglementation défavorable, coûts de mise en œuvre élevés, solutions, compétences et performances insuffisantes, tels étaient les principaux griefs relevés habituellement. Aujourd’hui pourtant, force est de constater que la plupart de ces freins ont quasiment disparu ou sont en train de disparaître.
 
« Le standard EPC UHF Gen 2 publié en décembre 2004, est soutenu par la plupart des grands acteurs de la distribution, à l’image de Carrefour, Metro, Tesco ou Wal Mart. Désormais, la direction est donnée et la majorité des solutions proposées le sont sous ce standard, favorisant ainsi l’interopérabilité des applications et donc leur généralisation », explique Xavier Barras.
 
La réglementation s’est également assouplie et lors d’une déclaration commune en février 2006, les Ministères de la Défense et de l’Industrie ont décidé d'autoriser, pour la RFID, l’utilisation de la bande UHF 865-868 MHz sur l’ensemble du territoire, à l’exception de quelques sites militaires sensibles, et des puissances d’émissions jusqu’à 2 Watts, rejoignant ainsi les recommandations de la Commission Européenne des Postes et Télécommunications (CEPT).
 
La conjugaison de ces 2 éléments, adoption d’un standard et utilisation d’une fréquence commune et performante, a une incidence directe sur les coûts d’une solution RFID.
 
« Désormais, il est possible de s’appuyer sur des bases sures et pérennes. Cela favorise l’industrialisation de la production et la concurrence entre les acteurs, contribuant à réduire les coûts unitaires, à la fois des étiquettes mais également des matériels », reprend Xavier Barras.
 
En ce qui concerne le marché, là encore, on constate une évolution positive avec la multiplication des acteurs et une offre matérielle nettement plus variée dans tous les domaines : lecteurs fixes, mobiles, embarqués, imprimantes et étiquettes, avec pour ces dernières plus de 15 modèles issus de 5 fournisseurs différents disponibles dans le laboratoire RFID de GS1 France.
 
Parallèlement, les compétences progressent et les équipes dédiées RFID se multiplient chez les offreurs de solutions et de services.
 
Enfin, les performances ont fait un bond avec le passage du standard Gen 1 à Gen 2, pour de plus en plus d'applications, les taux de lecture avoisinent les 100 % tant chez les industriels que les chez les prestataires logistiques ou les distributeurs.
 
Ce contexte favorable incite désormais les utilisateurs potentiels de la RFID à réfléchir à une réorganisation de leurs process et à la mise en place de nouveaux modes de fonctionnement favorisant l’utilisation optimale de cette technologie qui devrait, dans les mois à venir, s’installer durablement dans les organisations.
 
 

Commenter cet article