Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Cecilia Biondi

Voici un article émanant de la plume de notre consoeur Cecilia Biondi, cheville ouvrière du magazine DATACollection, le seul magazine en français à se consacrer depuis une dizaine d'années aux solutions d'identification automatique et qui publie nombre d'articles et d'études sur la RFID. La version papier est payante, mais la consultation de Datacollection en ligne est gratuite.



Née dans les espaces stellaires, mais en réalité venant de Los Angeles, Californie, une véritable innovation technique dans le domaine de la RFID UHF nous a été présentée lors d’une réunion en téléconférence avec les représentants de la société Mojix : aux États-Unis Kevin J. Duffy, Senior Vice-Président de Ventes et du Marketing et Linda Prosser, VP Corporate Marketing ; à Zurich Roelof Koopmans, le nouveau Directeur Général Europe.

 

Mojix a été fondée en 2003 par des ingénieurs de la Nasa, experts en technologie avancée de traitement du signal pour les communications dans l’espace. Mojix plonge ses racines dans l’“U.S. Space Program”, dont Ramin Sadr, futur fondateur et CEO, dirigeait une équipe chargée de la résolution de certains problèmes majeurs de la communication dans l'espace, ce au début des années quatre-vingt.

Ce groupe a élaboré des technologies telles que le “deep space network” (DSN), c’est-à-dire tout ce qu’il faut pour tracer des informations et des transmissions en provenance des missions spatiales ou des sondes, voyageant tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du système solaire. Les fondateurs de Mojix portaient donc cette expérience dans le contexte de la RFID, afin de créer un nouveau système de transmission et de collecte des signaux, capable de saisir des nouvelles opportunités applicatives dans les secteurs typiques de l’identification automatique. Mojix, à savoir, n’est pas la première société inaugurée par Ramin Sadr: un grand nombre de ses idées ont conduit au démarrage et à la réussite de projets innovants tant dans la téléphonie que dans le domaine des communications sans fil. Déjà en 2001 Ramin Sadr énonçait les fondements théoriques du système Mojix. La société naît en 2003 et, deux ans plus tard, elle reçoit les subventions nécessaires à l’élaboration d’une preuve de concept ; rapidement l’équipe s’étend à 15 ingénieurs, leur savoir-faire concernant différents domaines, tels que les antennes, les circuits RF, le matériel numérique, le   logiciel, la conception et la mise en œuvre des systèmes d’exploitation. En mai 2006, lors de la présentation du résultat de son travail, cette formidable équipe surprenait le public réuni pour l’occasion : un système RFID capable de lire un groupe d’étiquettes à une distance d’environ 200 mètres. En 2007, un nouveau tour de table et l’ajout de managers capables ont crée la physionomie actuelle de la société. Ses débuts officiels ont eu lieu en avril 2008, à Las Vegas pendant le “RFID JournalLIVE!”. Lors de ce rendez-vous, le système Mojix STAR était élu “Best of Show”.

 

Le fonctionnement du système Mojix STAR

Mojix STAR (Space Time Array Reader) est un lecteur RFID UHF compatible avec le standard EPCglobal Gen2, agissant sur des étiquettes UHF passives. Les informations fournies par la société, concernant les caractéristiques techniques du Mojix STAR, révèlent que, par rapport aux précédentes solutions de lecture RFID UHF passive, la sensibilité en intérieur est accrue de 100 000 fois, la portée de lecture est étendue de 20 fois, pouvant arriver à une distance d’environ 200 mètres, et la surface de couverture est accrue de 100 fois (environ 25 000 m2) hors champ de vision. Cette sensibilité à la réception sans précédent est le résultat de l'utilisation par Mojix des toutes dernières avancées en matière de traitement du signal numérique, de multi-réception, de formation du faisceau numérique et de transmission radio de paquets numériques afin de détecter à grande distance les signaux les plus ténus au milieu d'environnements extrêmes en termes de radiofréquences. L’architecture innovante de ce système s’éloigne des traditionnels systèmes UHF, notamment caractérisés par un seul matériel, ayant la double fonction de recevoir/lire les signaux émis et de fournir de l’énergie aux tags. En revanche dans le système Mojix STAR, le déterminant majeur se voit dans la distinction entre le récepteur et l’émetteur ; il existe en fait un ou plusieurs récepteurs Mojix STAR, gérant chacun jusqu’à 512 émetteurs à faible coût : ce sont les Mojix eNode, qui sont orientés pour délimiter la zone de couverture tridimensionnelle du système. Ce sont les Mojix eNode, qui fournissent l’énergie nécessaire à tous les tags passifs, à l’intérieur de leurs espaces d’interrogation spécifique. Le récepteur central, très sensible, traite les signaux résultants au sein de la zone de couverture, y compris les signaux émis par des tags hors champ de vision. La gestion du système central Mojix STAR est aisée: le système travaille avec un seul récepteur, un unique point de commande et de gestion pour tous les Mojix eNode déployés et un seul point d’intégration aux systèmes d’entreprise. Lors de la réunion en téléconférence, nous avons demandé quel savoir-faire, en particulier, l’équipe a tiré de l’expérience faite près de la Nasa : «Notre expérience provient du long travail fait à la “deep space communication”, dont on a bien profité» souligne Kevin Duffy. «Les performances de Mojix STAR ne résultent pas d’un seul savoir-faire ; la réalisation du système témoigne d’une synergie entre plusieurs savoir-faire. Le fait que le récepteur est séparé de l'émetteur n’est qu’un des nombreux éléments, engendrant un système si puissant. De même, le récepteur central (array receiver) est si avancé, parce qu’il est conçu suivant plusieurs technologies». Avec tous ces traits caractéristiques, le système Mojix STAR ne se limite pas à la lecture et à la localisation des étiquettes ; combinant les fonctionnalités d’un système RTLS (Real Time Location System) et celles d’un système d’identification, ce système concurrentiel permet de prendre en charge simultanément de multiples processus au sein d’un même système. Dans la pratique, les antennes peuvent être déployées de manière à définir des espaces d’interrogation défins : «Avec l’emploi des technologies traditionnelles, ce sont notamment les tags qui doivent aller vers le lecteur ; le contraire n’est pas possible. Avec Mojix, un seul système suffit pour lire les tags et en déterminer l’emplacement dans tout type de lieu» affirme Kevin Duffy. Comment se fait le choix de l’emplacement des antennes? Est-ce que le type de bâtiment est pris en considération? «D’habitude, l’emplacement des antennes s’adapte aux besoins spécifiques des entreprises, suivant des processus d’affaires» ajoute Kevin Duffy. «Le système complet doit tout prendre en considération : le genre de bâtiment concerné, l’aménagement intérieur, les procédures prévues pour le suivi des biens. Mais la chose la plus intéressante dans les processus d’affaires (business process), c’est qu’ils peuvent être réglés avec la plus grande liberté, sans obliger au déplacement des objets vers les lecteurs ; de cette façon, on évite toute manipulation supplémentaire, tant manuelle qu’automatique».

 

Des États-Unis à l’Europe

Au cours des dernières années, plusieurs entreprises, dans différents secteurs, ont effectué des essais sur le terrain, employant le système STAR, notamment Procter & Gamble et Kraft Foods. La société Kraft Foods a utilisé le système STAR auprès d’un entrepôt allemand, qui envoie ses marchandises étiquetées au grossiste METRO. Suite à d’autres tests effectués, Mojix et Xterprise, intégrateur de systèmes, ont noué un partenariat, en raison duquel Xterprise est en train d’introduire sur le marché des solutions complètes basées sur le système STAR. Récemment, Mojix a élaboré une stratégie spécifique vis-à-vis de l’Europe. En fait la société a lancé la version européenne du système ; répondant aux normes ETSI, elle a débuté lors de le “RFID JournalLIVE!” Europe, qui a eu lieu à Prague en novembre 2008.

Quel est le parcours choisi pour l’implantation de la société en Europe ? Du siège de Zurich Roelof Koopmans, d’origine hollandaise, répond à cette question ; il est, aujourd’hui, Directeur Général Europe: «C’est en juin 2008 que nous avons commencé à préparer la nouvelle filiale européenne et c’était aussi le moment de mon entrée dans la société. Nous avons commencé à créer notre réseau européen de partenaires, en les choisissant dans différents pays ; en même temps nous avons développé les contacts établis lors du “RFID JournalLIVE!” de Las Vegas, où nous avons obtenu un succès considérable».

En ce qui concerne les exigences de la filiale européenne, il ajoute : «Certes, nous pensons nous équiper afin d'offrir un soutien local à nos partenaires, tant au niveau technique et d'ingénierie que d'application ; l'expansion dans d'autres pays, l’Angleterre par exemple, est prévue mais encore à définir exactement». En tout cas, depuis quelques mois, la société a plusieurs essais en cours dans les pays européens majeurs.

Pour conclure, le coût d’un tel système ne sera-t-il défavorable, par le fait d’avoir le double du matériel par rapport à un système UHF traditionnel? «Au contraire,» précise Kevin Duffy «les coûts d'équipement, de déploiement, d'entretien et d'infrastructure informatique du système Mojix, comme le coût du matériel, se voient sensiblement réduits, tandis que la lecture complète et précise d'un grand nombre de tags, au sein de plusieurs espaces d’interrogation, est assurée. Très prometteur, le système Mojix garantit aussi une visibilité complète des objets “wall to wall, floor to ceiling”, c’est-à-dire dans la totalité de l’espace tridimensionnel concerné».

Pour en savoir plus sur Mojix

Commenter cet article