Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Michel Rousseau

Pavé dans la mare avec AMR Research qui prédit qu’en l’état actuel des coûts des solutions RFID, un grand détaillant tel que FMGC réalisant un C.A. de quelque 5 milliards de dollars de ventes annuelles n’arrivera pas vraiment à amortir son déploiement RFID, même sur plusieurs années. Dans l’analyse menée par AMR, le coût du déploiement de la RFID atteindrait les 39 millions de dollars (3,5 millions pour les centres serveurs de distribution, 24,8 millions pour les magasins, 10,7 millions pour le coût d’intégration, le logiciel, el réseau et le stockage). Pour que le projet soit rentable, il faudrait que le détaillant crée 1,2 milliards de ventes supplémentaires directement attribuables à la RFID. En réalité, la modélisation témoigne d’une maigre augmentation de 43 millions $ des ventes annuelles au bout de 4 ans, et une économie d'échelle sur la masse salariale de 2,5 millions $. Même en tordant ce modèle en tous sens pour refléter des perspectives plus optimistes, le résultat de base reste à peu près au même niveau. Face à ce pessimisme avoué, il y a toutefois lieu de pondérer pareilles affirmations. En effet, celles-ci se basent sur un coût constant des solutions RFID. Or, la loi de Moore joue ici comme ailleurs et d'autres avantages jouent en faveur de la RFID, dont notamment une forte création de valeur (amélioration de 50 % des conditions de suivi des articles taggés, amélioration de la conformité réglementaire, meilleur SAV). Bref, les bénéfices de la RFID ne sont pas là où on les attendait. Néanmoins, prudence pour ceux qui s’engagent sur ce chemin au niveau du retail, car la viabilité de ces projets se joue sur le long terme et s’appuiera surtout sur un meilleur provisioning et sur une intégration plus poussée de la supply chain.

Commenter cet article