Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Philippe de Matteis

Entre les ateliers Airbus de Colomiers et le site d’Ymca, établissement et services d’aide par le travail (ESAT), il n’y a qu’une rue à traverser.

Cette proximité géographique ne demandait qu'a se mettre au service d’une collaboration intelligente. C'est chose faite grâce au système d’identification et de suivi des vêtements professionnels signé Nitica (www.nitica.fr ) avec le support des lecteurs Nordic-ID

 

Dans l’enceinte d’Ymca Colomiers plusieurs bâtiments s’organisent en un véritable village), de 320 personnes. (Rien à voir avec Village People!!!….).

Chacun des activités, parmi la trentaine que propose l’ESAT à ses pensionnaires, travailleurs handicapés.

L'un de ces bâtiments attire l’œil par son aspect flambant neuf : la blanchisserie,  c’est elle qui nous intéresse particulièrement ici. 

Dans 700 mètres carrés, offrant un confort de travail irréprochable avec température maîtrisée, équipée de machines très performantes, la nouvelle blanchisserie de l’Ymca est en ordre de marche pour faire face à un nouveau marché d’importance : l’énorme voisin Airbus lui confie depuis peu l’entretien de toutes les tenues professionnelles de ses salariés, soit 4500 personnes.

 « Au départ, notre activité était destinée aux besoins internes : pour les résidents, cuisiniers, jardiniers... Par la suite, nous avons étendu notre savoir-faire aux associations, foyers d’hébergement, maisons de retraites, hôtels, clubs sportifs, plus quelques clients particuliers. Mais aujourd’hui, avec l’arrivée des vêtements pour Airbus, nous devons faire face à un défi qui nécessite une organisation très pointue », explique André Murlin, chef de service à l’Ymca de Colomiers.

Issu du milieu de la logistique industrielle, M. Murlin est un ancien de Rhône-Poulenc à Albi où il assurait la traçabilité par codes à barre des mono-filaments : ces problématiques lui étaient donc familières, d’autant qu’il les avait ensuite mises en œuvre dans le cadre de l’Ymca pour du marquage industriel de traçabilité dans le secteur des circuits électriques destinés à l’aéronautique.

Il a interrogé l’expertise de Nitica, société aveyronnaise à laquelle il avait déjà fait appel en blanchisserie pour des solutions code à barre.

L’objectif était clair : rationnaliser l’identification et le suivi des vêtements à travers la chaîne du nettoyage, vêtements d’une diversité fort étendue : vestes, t-shirts, pantalons, blouses, destinés à des infirmières, des informaticiens, des mécaniciens, des peintres, des testeurs en grand froid, etc... Composées de matières différentes, exigeant des températures de lavages et des lessives adaptées, on imagine le casse-tête.

Au préalable, toutes ces tenues ont été pourvues par le fabricant, un autre ESAT implanté en Haute-Garonne, d’une puce RFID intégré dans l’ourlet. Déposés sales par les employés dans l’un des six dépôts répartis sur le site industriel d’Airbus, ces vêtements sont regroupés puis traversent la rue pour rejoindre la blanchisserie de l’Ymca.

Grâce aux terminaux portables fournis par Nordic ID, la lecture s’effectue à différents niveaux du traitement du linge. « Nous savons à tout instant où se trouve le vêtement d’une personne en particulier. Le système permet aussi de mieux suivre les pertes, les petits accidents de parcours, etc. Quand le linge regagne le site Airbus, la puce lue par les terminaux révèle le nom du compagnon, son service, le numéro du casier. Pour sécuriser l’affaire, un code à barre contrôle la bonne affectation. Réinscriptible, la puce suit les changements de services de son propriétaire », précise M. Murlin.

 

La traçabilité par puce RFID, qui démarre en douceur après six mois passés à définir précisément le cahier des charges, apporte une grande souplesse à ces opérations. Elle est bien adaptée aux travailleurs

handicapés, qui apprennent à manipuler un ordinateur, une table de lecture et un terminal portable : il s’agit pour eux d’une avancée intellectuelle et technologique valorisante. A la différence du code à

barres, utilisé précédemment, la puce supporte sans broncher son traitement de choc : dans les ateliers, elle doit parfois encaisser des températures de moins 50°, puis résister sans défaillir à des + 200°

pendant le nettoyage du vêtement, sans même parler de l’humidité.

 

Fabriquée par DataMarks, spécialement conçue pour les blanchisseries, elle comporte un revêtement époxy qui est prévu pour endurer jusqu’à 300 lavages. Seul petit bémol exprimé par le chef de service,  elle est en haute fréquence et exige une lecture « au contact ». Mais en l’état actuel des techniques, rapport à la lourdeur des contraintes imposées, notamment le milieu humide et les températures extrêmes, la solution UHF qui ouvrirait sur des lectures accélérées ne semble pas envisageable.

Aujourd’hui les vingt personnes qui composent le service blanchisserie de l’Ymca, encadrées par trois techniciens, commencent à maîtriser le système. Les volumes vont progressivement augmenter, ce qui va

nécessiter de muscler les effectifs à court terme. Le responsable du service tient à louer la qualité des rapports avec Airbus, ainsi que sa volonté déclarée d’apporter sa confiance à une structure privilégiant

l’aide par le travail.

 

 

Nordic ID : des terminaux sans faille

Société finlandaise dont la notoriété est ascendante, Nordic ID conçoit et fabrique des terminaux portables. Ils assurent aussi bien la collecte, le traitement et le transfert de données. Les activités

professionnelles intéressées par ces terminaux couvrent tous les champs de la distribution, de la logistique, des transports et de l’industrie. Les produits signés Nordic ID sont ergonomiques, ont une forte

autonomie et font appel à des technologies de pointe. Appuyée sur son expertise, musclée par la puissance de son service Recherche et Développement, la société finlandaise conserve une longueur d’avance et donc, sa place d’acteur-leader sur les marchés de la RFID, standards européens.

 

Commenter cet article