Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Michel Rousseau

En attendant Smart Dust (couple puces et antennes d'un diamètre inférieur à 1 millimètre carré) qui est d'ores et déjà quasi opérationnel dans certains laboratoires (nous vous en parlerons très prochainement avec le projet Speck en Ecosse), la RFID n'en finit pas de s'étendre à de nouveaux domaines afin d'instaurer un Internet des objets convoité par les grands acteurs non seulement du marché de l'informatique mais aussi des télécoms qui y voient un nouveau pactole pour vendre non plus uniquement des communications entre humains (et les facturer), mais aussi des communications de machine à machine. Dans ce cadre, ZigBee est de plus en plus présent.

Selon un rapport de la société d'études de marché In-Stat publié en 2005, le marché estimé des puces RFID ZigBee devrait en effet atteindre les 150 millions d’unités en 2009.

ZigBee est une norme de transmission de données sans fil permettant la communication de machine à machine. Sa très faible consommation électrique et ses coûts de production très bas en font une candidate idéale pour les matériels de type capteur, télécommande ou équipement de contrôle dans le secteur industriel.
Zigbee (également connue sous le nom IEEE 802.15.4) est le prolongement de la norme HomeRF (Home Radio Frequency) qui a, depuis son lancement en 1998, été dépassée par le Wi-Fi.
Les débits autorisés sont relativement faibles, entre 20 et 250 Kbits/s, mais c'est véritablement sa très faible consommation électrique qui en fait son atout principal. Zigbee fonctionne sur la bande de fréquences des 2,4 GHz et sur 16 canaux. Sa portée était au début d'une dizaine de mètres, elle est désormais de 100 mètres.

Globalement, tous segments de marché confondus, les volumes d'affaires liés à ZigBee pourraient atteindre, selon certains analystes, quelque 3 milliards de dollars en 2007.

Commenter cet article