Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Michel Rousseau

Nous avons hier mentionné l’étude d’IDTechEx sur les marchés de la RFID. A l’examen, celle-ci dépasse largement le simple cadre de la supply chain et de la logistique transport pour aborder d'autres secteurs d’activité, dont notamment celui des e-passeports.

 

Dans ce cadre, il faut savoir que la valeur des puces employées se situe aux alentours de 3 $, ceci parce qu’elles nécessitent un niveau de sécurité et de robustesse dont on n’a pas forcément besoin sur une palette. Il ne faut cependant pas croire que ce marché est insignifiant. S’il ne pèsera que 13 millions $ cette année (une sacrée belle croissance, puisqu’on le valorisait seulement à 4 millions de tags pour 2005, 2006 devant atteindre les 10 millions), il devrait atteindre les 120 millions $ en 2010, rien que pour les tags intégrés dans les passeports.

 

Sur le plan des smart cards, 2006 devrait atteindre les 285 millions de tags dédiés. Cette croissance devrait permettre d’atteindre un C.A. de 765 millions $ pour les smart cards RFIDisées en 2010, à comparer aux 120 millions $ des passeports.

 

Ceci toutefois n’est qu’une goutte d’eau comparé aux 12,35 milliards $ générés par cette industrie à l’horizon 2010.

 

S’il faut en croire IDTechEx, ce marché est toutefois tiré par les politiques gouvernementales qui, afin de lutter contre le terrorisme, généralisent l’emploi du passeport RFID. Reste toutefois à être certain du niveau de sécurité offert par ces documents et notamment à savoir s’ils sont bien à l’abri de contrefaçons de la part de groupes mafieux ou terroristes.

 

Par ailleurs, la relative faiblesse de ce marché est également liée à la baisse progressive des puces embarquées, le prix unitaire de celles-ci devant descendre jusqu’à 1,5 $ à l’unité d’ici 2016 et intégrer des fonctionnalités biométriques.

 

Commenter cet article