Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Michel Rousseau

NEC vient de développer une batterie souple ultra-légère et faisant moins d’un millimètre d’épaisseur. De plus, on la recharge en moins d’une minute.

 

 

 

Baptisée ORB (Organic Radical Battery), elle utilise des gels plastique, ce qui lui permet de ne faire que 300 microns d’épaisseur. On peut l’utiliser pour alimenter des cartes à puce, des ordinateurs de poche et des « papiers » intelligents (les nouveaux journaux RFIDisés qui devraient voir le jour dans quelques années et dont l’encre électronique changera à proximité d’un point de vente pour afficher la sélection des news choisies par le lecteur).

Actuellement, les premières batteries ont la taille d’une carte de crédit et sont totalement inoffensives pour l’environnement.

Le principal marché de l’ORB sera toutefois celui des étiquettes radio actives capables de transmettre des informations à bien plus grande distance que les étiquettes passives actuelles.

Qui plus est, les étiquettes actives passent bien mieux dans les environnements habituellement hostiles à la RFID, notamment dans le vrac de certains produits, ce qui permettrait de résoudre des problèmes de traçabilité amont.

Toutefois, les étiquettes actives semblent plus appropriées pour un emploi en attachement de structures diverses, comme les conteneurs, les camions, les taxis, etc. tous supports nécessitant des lectures fréquentes de par leur versatilité.

Qui plus est, la distance de lecture passe de 4/5 mètres pour une étiquette passive à près d’un kilomètre.

Quant au coût de l’ORB, tout va dépendre de la demande, NEC refusant de communiquer sur ce point.

Commenter cet article