Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Michel Rousseau

L’administration chargée de la sécurité des transports aériens des USA (US TSA) vient de sortir un rapport concernant les résultats du pilote RFID déployé à l’aéroport international de Newark, ce test ayant principalement porté sur le suivi des chariots à bagages, des camions citerne et de divers véhicules de maintenance qui gravitent peu ou prou aux abords de l’aéroport. Cette étude fait partie du programme de quelque 4,1 millions de dollars qui ont été investis pour tester la RFID dans ce contexte. Les véhicules ont été équipé d’un lecteur VAC (Vehicle Asset Communicator). Quant aux chauffeurs, ils étaient également badgés avec des tags actifs à 900 MHz. Le démarrage du véhicule ne pouvait se faire que si le VAC détectait le badge du conducteur. De plus, couplé à un système GPS, le VAC enregistrait le parcours accompli. L’information était alors transmise lorsque l’engin passait à proximité (jusqu’à 3 kilomètres) d’un portique couplé à un LAN à 2,4 GHz.

La leçon la plus intéressante tirée de cette expérience prouve qu’il est bel et bien possible de connecter un système de tracking sans fil à l’informatique aéroportuaire. Demeure toutefois la question de la gestion des éventuelles interruptions dues à d’autres fréquences (radars, systèmes de communication air-sol, etc.). Là encore le test s’avère positif et démontre qu’un environnement sans fil de type RFID peut très bien coexister en parallèle des fréquences habituellement utilisées à condition de lui attribuer une très faible puissance (1 milliwatt), ce qui permet de ne pas interférer avec le reste de la bande RF.

 

 

 

Commenter cet article