Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Archives

Publié par François Gros

Nos confrères du Monde informatique rapportaient dernièrement les propos tenus par Mike Mike O'Shea, directeur de la technologie auto-ID sensing de la société Irving, à l'occasion de la conférence qui a réunit les acteurs du marché de la RFID à Toronto (Canada) la semaine passée. Selon lui, les entreprises ne savent bien souvent pas quoi faire des données collectées au moyen de la RFID, celles-ci (qui plus est) finissant par coûter de l'argent en pure perte lorsque stockéees sur des blades ou des bandes. C'est dire à quel point faire de la RFID pour dire que l'on fait de la RFID est une aberration ! Une bonne simulation des process impactés en 3D devrait pourtant résoudre ce genre de problèmes ex ante. Mais non ! Comme d'habitude le serveur de droite ne sait pas ce que fait l'application de gauche. Rares sont ceux, tel Philippe Gauthier de Bénédicta, qui osent refondre leur système informatique à cette occasion. Et pourtant, ils auraient tout à y gagner. Quant au second reproche comme quoi la RFID n'est pas sécurisée au niveau de ses transactions c'est à la fois vrai et faux. Vrai, car les architectes des solutions RFID se soucient souvent de la sécurité des données transmises comme d'une guigne (ben quoi ? C'est un code propriétaire ou un code EPC, qu'est-ce que vous voulez qu'ils en fassent ?). Faux, car les éditeurs de logiciels et les fabricants bardent désormais leurs produits de protections contre le clonage. En bref; il reste encore un long chemin à faire pour faire comprendre que la RFID, comme beaucoup d'autres domaines, c'est un tout qui nécessite un minimum de matière grise et de bon sens.

Commenter cet article