Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Rousseau

Si les fournisseurs de solutions d'identification automatique ne s'intéressent pas très rapidement à la RFID, ils risquenf fort de se retrouver dépassés dans un proche avenir. Telle est du moins la conclusion de l'Australian Institute of Packaging à l'occasion d'un séminaire organisé la semaine dernière.

« Dans les prochaines phases d'identification automatique il est absolument certain que la RFID jouera un rôle majeur, ceci bien au-delà de sa première utilisation en matière aéronautique dans la région concernée ».

Mais qu'en est-il au juste du devenir du code-barres dans tout ça ? Ce dernier en effet est jusqu'à présent le principe standard utilisé par l'industrie australienne. « Nous sommes certains que la RFID, le code-barres et l'étiquetage peuvent travailler de concert et permettre ainsi aux solutions de traçabilité de fonctionner de façon bien plus précise », précise Mr. Chappelow, l'un des dirigeants de l'institut. « Or, connaître comment fonctionne le système RFID c'est déjà avoir fait la moitié du chemin ».

L'une des premières étapes semble devoir se doter de solutions d'impression mixte qui permette à la fois d'imprimer le code-barres et d'encoder des données à l'intérieur des étiquettes RFID. Un tel système permet aux utilisateurs d'incorporer les bénéfices de la RFID dans les applications qu'ils possèdent déjà, ceci en développant de nouveaux systèmes pour exploiter pleinement toute la puissance de la technologie. La mixité offre d'ailleurs un avantage immédiat : ce qui n'est pas directement visible par une lecture optique classique peut être suppléé grâce à la lecture RFID. Qui plus est, dans le cas notamment d'une utilisation multifournisseurs des étiquettes intelligentes, la plus RFID vient compléter et amender les informations inscrites à l'origine dans le code-barres, agissent ainsi comme un complément d'information sans périmer pour autant l'étiquette d'origine. Qui plus est, un tel système permet de partager la trame de données entre plusieurs fournisseurs comme par exemple dans le cadre d'une gestion d'une identité fédérée (c'est plus particulièrement le cas lorsqu'on utilise des étiquettes disposant d'un espace mémoire important).

Le nombre des applications éventuellement disponibles va d'ailleurs connaître une croissance exponentielle. S'il faut en croire Venture Development Corporation, le marché de la RFID devrait connaître une croissance de 21 % en 2005, cette croissance étant plus particulièrement tirée par la grande distribution. Pour beaucoup, il s'agit d'une évolution importante, la mixité permettant également à de petites entreprises d'utiliser à moindre coût les technologies RFID.

Commenter cet article